Gagok, CHUNG Boo-gie

Né en 1954 dans la province de Chungcheongbuk-do en Corée du sud, le compositeur Chung Boo-gie passe une grande partie de son enfance dans le temple construit par son père devenu moine où il vit au rythme lent de la campagne et de la culture bouddhiste. Très tôt, il apprend à jouer de la flûte traditionnelle traversière puis commence à écrire des mélodies. Il part ensuite à Séoul pour étudier la composition musicale à l’université Yonsei.

En 1977, alors agé de 24 ans, Chung Boo-gie est sélectionné pour participer au concours international de musique lyrique organisé par l’Union Européenne de radio-télévision et diffusé par la BBC. Il compose pour cette occasion le morceau «Jeopttongsae» – en hommage à sa sœur décédée – basé sur un poème de Kim So-wol. Dans ce poème, Kim So-wol évoque la douleur de la perte d’un être chère en comparant le chant de l’oiseau Jeopttong à des sanglots féminins. À travers une mélodie traditionnelle, cette pièce de musique contemporaine coréenne intègre une partie de conversation entre deux enfants. Il remporte le grand prix du concours.

Chung Boogie part ensuite en Allemagne poursuivre son master à l’université Karlsruhe où il reçoit l’enseignement de Eugen Werner Velte. Dès son retour en Corée, il joue plusieurs concerts dont un au Théâtre national de Corée, au centre des Arts de Séoul ainsi qu’au KBS Hall.

Lauréat de nombreux prix, Chung Boogie poursuit sa démarche de modernisation et de ré-interprétation de la musique traditionnelle coréenne tout en respectant son caractère original. En effet, à la différence de la musique occidentale qui s’est développée sur un modèle harmonique et polyphonique, la musique traditionnelle coréenne s’est construite suivant un procédé rythmique et mélodique.

You may also like

Leave a comment