Hard Day de Kim Seong-hun

La dure journée annoncée dans le titre marque le début du cauchemar pour le commissaire Ko Gun-su (Lee Sun-gyun). Alors qu’il fait l’objet d’une enquête interne pour corruption, Ko Gun-Su doit se rendre en pleine nuit aux funérailles de sa mère. En voulant éviter un chien sur la route, il percute accidentellement un homme. Le choc est mortel. Légèrement ivre et complètement paniqué, le commissaire embarque le cadavre dans le coffre de sa voiture pour finalement le cacher dans le cercueil de sa mère. Mauvaise idée. La situation dégénère quand le corps s’avère être celui d’un petit escroc recherché par la police.

Hard-day_08

Montagnes russes

Sans répit, Hard Day démarre pied au plancher, embarquant le spectateur dans des embardées scénaristiques, le brinquebalant entre suspense, action et humour à mesure que le personnage principal sombre dans une spirale infernale. Plus le commissaire tente d’effacer les preuves l’incriminant, plus le piège se referme impitoyablement sur lui. Malmené pendant les deux heures que dure le film, le malchanceux héros va se retrouver à déterrer le cercueil de sa mère, menacer un homme du haut d’un immeuble, et lutter contre un mystérieux et impitoyable témoin (interprété par le glacial Jo Jin-woong).

Suivant le fil tendu d’une histoire de manipulation, impeccablement dirigé par la caméra efficace de Kim Seong-Hun, Hard Day enchaine les situations rocambolesques et les moments d’humour noir. La séquence dans la chambre funéraire où le flic tente de cacher le corps de l’inconnu dans le cercueil de sa mère est l’occasion d’une scène mémorable ou l’urgence de l’enjeu se mélange avec le burlesque de la situation annihilant tout sentiment de malaise. Remarquable aussi la course poursuite en plan séquence hallucinant filmé en contre plongé dans une ruelle de Seoul.

Hard-day_04

L’anti-héros

Veste en cuire noir, jean, tennis Nike. Ko Gun-su est un flic ripou, un peu roublard et père absent, interprété par l’acteur Lee Sun-gyun. En dépit de son manque de moral et de remord, il gagne rapidement  l’empathie du public par son ingéniosité à se dépêtrer in-extremis des situations difficiles et par sa résistance face à l’acharnement de Park Chang-min (le maître chanteur).

Acteur charismatique populaire en Corée du Sud, Lee Sun-gyun commence sa carrière en jouant dans de nombreuses pièces de théâtre. Il enchaine ensuite les succès commerciaux grâce à ses rôles dans des séries télévisées (Helpless, All about my wife,…). En France, il est davantage connu pour ses rôles dans les films du réalisateur Hong Sang-Soo (Night and DayOki’s MovieHaewon et les hommes et Sunhi). Dans Hard Day, qui est son premier film d’action, Lee Sun-gyun insuffle à son personnage la dose nécessaire d’intensité qui lui permet d’alterner les scènes dramatiques et les scènes comiques sans jamais tomber dans l’excès.

Kim-Seong-hun_02-copie

Kim Seong-hun

Quel est le meilleur endroit pour cacher un cadavre ? C’est en partant de cette question, inspirée par le film Volver du réalisateur Pedro Almodovar que le réalisateur Kim Seong Hun commence l’écriture du scénario de Hard Day. Écriture qui va durer 6 ans. Deuxième long métrage de Kim Seong-Hun, 8 ans après How the lack of love affects two men réalisé en 2006, Hard Day se veut un film imprévisible dopé à l’humour noir. Fan des frères Cohen, Kim Seong Hun explique avoir voulu faire un film « attrayant par le seul fait des variations entre la tension et le relâchement ». Mission accomplie.

Hard-day_06

Pur objet de divertissement jouissif, proche du manga et du comics, Hard Day évite les écueils qui plombent parfois le cinéma coréen de genre tel l’utraviolence, le pathos exacerbé et le refus souvent systématique du happy end.

Intelligent dans son développement, le film ne s’embarrasse pas de psychologie ni de moral, multipliant les ellipses et les ruptures de ton.

Alors qu’une dizaine d’année ont suffit au cinéma coréen pour complètement renouveler et réinventer le polar noir (jusqu’à s’enfermer dedans), Hard day s’affiche comme l’enfant logique et décomplexée, un thriller haut en couleur boosté à l’humour noir où s’enchainent à un rythme haletant les rebondissements et les scènes rocambolesques. Renversant.

Sortie : 7 janvier 2014
Genre : Thriller
Durée : 111 minutes
Réalisation : Kim Seong-Hun
Acteurs : Lee Sun-gyun, Jo Jin-woong

You may also like

Leave a comment