Min-Jeong Seo – Les traces de la disparition

Les questions du temps et de la destruction sont au centre du travail de l’artiste coréenne Min-Jeong Seo qui développe une œuvre à l’imagerie poétique et symbolique. En utilisant des matériaux fragiles comme le polystyrene, la porcelaine et les végétaux, Min-Jeong Seo exprime le caractère fragile et éphémère de l’existence. Ses installations traitent de la peur de la mort, de la vieillesse et matérialisent les stigmates du temps. Elles illustrent, également, une vision de l’œuvre d’art non plus comme objet mais comme trace.

min-jeong-seo-porous-hands

Porous Hands – 2009
Les mains mendiantes sont des moulages de mains en porcelaine, parsemées de traces de grains de riz qui ont disparus lors du processus de cuisson .

 

Haende6

Min-Jeong Seo ne se limite à aucun médium, ni aucun matériaux particulier. Sa connaissance des différentes techniques artistiques lui ouvre un large panel de modes d’expression qui vont du dessin à la vidéo en passant par la sculpture, la céramique, la photo et la gravure. De plus, sa formation internationale (Seoul-Tokyo-Stuttgart) confère à son travail une profondeur multi-culturelle.

Née en 1972 à Busan, Min-Jeong Seo vit et travaille à Berlin.

Sum in a Point of Time

002.espace

Sum in a Point of Time – Existence Installation view, Espace Louis Vuitton Tokyo. Work with the support of Espace Louis Vuitton Tokyo ©LOUIS VUITTON / Jérémie Souteyrat

seo_min-jeong_pic

Dans la série Sum in a Point of Time, Min-Jeong Seo construit des sculptures en polystyrène qui mettent en scène des explosions d’architecture, de bâtiments dans des instants figés comme si le temps s’était arrêté. Les œuvres baignent dans une atmosphère silencieuse à la fois poétique et dramatique. A travers ces installations, l’artiste illustrent l’état d’un objet à la frontière entre l’être et le néant, entre l’existence et la non-existence.

Pour créer ces sculptures, l’artiste s’inspire de lieux existants qu’elle reconstitue minutieusement en polystyrène. Elle détruit ensuite partiellement ces immenses maquette en plusieurs fragments qu’elle redispose dans des scènes d’explosion.

L’installation se réfère à l’idée bouddhiste selon laquelle le temps est composé d’une succession de moments dont chaque séquence contient « le tout ».

Tattoo

01

Son installation Tattoo (2006) présente des sculptures en porcelaine et en résine fabriquées à partir de moules pris sur des bras de danseurs de ballet professionnels. Placés dans des positions de danse, les bras sont recouverts de tatouage aux motifs traditionnels japonais (le irezumi).

min-jeong-seo-tattoo-3

To Live On

to-live-on1

L’installation To Live on est composée de tiges de rose séchés dont la fleur, plongée dans une poche à perfusion, est maintenue artificiellement en vie. Seo Min-Jeong décrit son installation comme un commentaire du progrès de la science qui prolonge l’existence sans pour autant parvenir augmenter la qualité de vie. Suspendues dans l’espace et dans le temps, les fleurs nous invitent à observer le processus de conservation et nous confrontent à notre peur de la mort et à notre recherche de la jeunesse eternelle.

to-live-on-by-min-jeong-seo-l-1

White blackbird

the_remains026_dbnptu76_id_user_portfolio

the-remains004

Dans la série White blackbird, l’artiste explore l’idée de la mort comme une renaissance. Chaque sculpture est un moule en céramique d’un oiseau mort qui devient un objet de mémoire qui peut être gardé et contemplé.

You may also like

Leave a comment