nam june paik - buddha

Nam June Paik : Créateur de l’Art video

Nam June Paik est un artiste coréen considéré comme le fondateur de l’art video. Il est né à Seoul le 20 juillet 1932 et est décédé à Miami le 29 janvier 2006. Son génie est d’avoir compris que l’apparition de la télévision avait changé le monde.

 

« Marcel Duchamp a tout fait sauf la vidéo.
Il a fait une grande porte d’entrée et une toute petite porte de sortie.
Cette porte-là, c’est la vidéo.
C’est par elle que nous pouvons sortir de Marcel Duchamp. »
Nam June Paik, 1975


Après des études de musique et d’histoire de l’art en Corée puis au Japon en 1952 (fuyant un pays en guerre), Nam June Paik part en 1956 terminer sa formation universitaire en Allemagne. Il se spécialise en collage sonore à partir de bandes audio et disques vinyles. En 1958, il travaille auprès du compositeur Karlheinz Stockhausen (pionnier de la musique électroacoustique) au Laboratoire de Recherche du studio de musique électronique de Radio Cologne – où travaillent également les compositeurs René Köring et Mauricio Kagel. A cette époque, Name june Paik produit ses propres concerts, expositions et « actions musicales », performances pendant lesquelles il s’attaque aux instruments de musiques (il brise, par exemple, un violon sur scène) dans le but d « éliminer la musique traditionnelle ». En 1961, il participe à la pièce musicale de Karlheinz Stockhausen, Originale, en réalisant une performance pendant que l’œuvre du compositeur allemand et ses propres montages sonores sont joués simultanément. C’est dans le cadre des représentations de la pièce Originale, que l’intéret de Nam June Paik pour le médium vidéo va augmenter.

Durant cette période, Nam June Païk côtoie l’avant-garde de l’époque (notamment Joseph Beuys, John Cage, George Maciunas, Merce Cunningham, le couple de plasticiens Christo, Jeanne-Claude, etc..) et rejoint finalement, en 1962, le groupe artistique Fluxus (issu du mouvement dada qui mélange aussi bien la musique, la performance, l’art plastique et l’écriture).

Dès le départ, l’œuvre de Nam June Paik est marqué par ces influences hétérogènes, transdisciplinaires et expérimentales.

Fluxus, c’est aller en terre vierge

Nam June Paik, John Cage et David Tudor

Nam June Paik, John Cage et David Tudor

 

En mars 1963, lors de l’exposition Fluxus « Music/Electronic Television », il présente à la galerie Parnass de Rölf Jährling à wuppertal une installation composée de 13 téléviseurs posés à même le sol dont l’image déreglée par des générateurs de fréquence ne diffuse rien d’autre que des rayures et des striures. Cette « Exposition de musique et de télévision électronique », qui fait écho à la technique du langage indéterminé et variable employé par John Cage dans ses « pianos déréglés » (dont le premier happening remonte à 1952), est considérée aujourd’hui comme la première œuvre d’art video. A cette époque, le mot vidéo, n’étant pas encore connu, c’est donc à posteriori que son acte fut reconnu comme « art video » (vers 1972-1973, quand on commence à prendre conscience des spécificité de ce medium).

Nam June Paik n’est pas le premier artiste à détourner la télévision de son usage habituel. A peu près à la même période, l’Allemand Wolff Vostell projette la vidéo expérimentale  Sun in your head et le Français Jean-Christophe Averty diffuse une série d’émissions télévisuelles absurde Les Raisins verts. L’innovation qui le démarque des autres vient de ce que les œuvres de Nam June Paik sont déjà des installations, maîtrisées, produisant des images électroniques abstraites et indépendantes de la télévision.

En 1964, Nam June Paik rencontre la violoncelliste Charlotte Moorman avec qui il collabore pour de nombreuses performances.

Charlotte Moorman

Charlotte Moorman – Nam June Paik Concerto for TV Cello and Videotapes » (1971)
Charlotte Moorman (18 novembre 1933 – 8 novembre 1991) est une violonceliste américaine. Elle rencontre Nam June Paik en 1964, lors d’un voyage de ce dernier à New-York. Ensemble, ils réalisent de nombreuses performances dans lesquelles la violoncelliste jouait du corps de Nam June Paik. Dans d’autres performances, les images diffusées par les moniteurs situés sur son corps se déformaient en fonction des ondes sonores de la musique qu’elle jouait.

 

L’ensemble de l’œuvre de Nam June Paik se compose d’installations vidéos dans lesquels il introduit des instruments de musique et des moniteurs de télévision qu’il modifie pour les détourner de leur fonction initiale. Dans sa série « robots », il empile des postes de télévision jusqu’à leur donner une forme anthropomorphique. A la différence du cinéma, l’art vidéo consiste moins à filmer qu’à travailler la matière de l’image électronique. Nam June Paik manipule les images et les sons, en les superposant, les altérant, les étirant et les accelerant  jusqu’à les rendre méconnaissables. En révélant le procédé technique de la télévision, Nam June Paik dévoile le simulacre de l’image télévisuelle et met à jour sa nature idéologique et technologique.

A la fois sculptures et mise en scene sonore et visuelle, les installations de Nam June Paik offent aux visiteurs, une experience sensorielle totale.

En 2008, deux ans après la mort de l’artiste coréen, le centre d’art Nam June Paik a ouvert ses portes dans la ville de Yongin.

portapak

Nam June Paik et le Portapak Sony

Au milieu des années 60, l’apparition sur le marché d’une nouvelle caméra portable, le portapak Sony, va accélérer le développement de l’art vidéo (auparavant, les caméras très lourdes ne quittaient presque jamais les studios et étaient utilisées à des fins professionnels).

La légende raconte qu’à peine entré en possession de la portapak en 1965 (il est l’un des premiers artistes à se la procurer, en raison de son prix élevé), Nam June Paik aurait sauté dans un taxi pour se rendre au « café au go go », le nom d’un lieu branché de Greenwich village où se retrouvaient tous les jeunes artistes new yorkais, et aurait filmé, vitre baissée, tout le trajet en taxi, capturant du même coup le cortège pontifical qui descendait la 5ème avenue.

Il n’existe malheureusement aucune trace de cette bande…

La première vidéo avérée et réalisée par Nam June Paik est Button happening sur laquelle on voit l’artiste coréen boutonner et déboutonner son manteau. Caractéristique de l’esprit Fluxus, cette vidéo est une sorte d’hommage à George Maciunas, pour qui n’importe quel geste peut être détourné de la boucle du quotidien si il est répété plus d’une vingtaine de fois.

1_PAIKbutton02

nam june paiknam june paik dogname june paik buddha

nam june paik - buddha

TV Buddha est une œuvre de June Paik Nam composée d’une statue de Bouddha contemplant sa propre image diffusée sur ​​un écran vidéo (filmée par une caméra en circuit fermé créant ainsi une boucle infinie).

nam june paik buddha

Nam June Paik – Reclining Buddha, 1994

Avec sa série Buddha, Nam June Paik engage une réflexion sur le statut de la télévision en tant qu’objet de culte en occident.

name june paike robot

Family of Robots.
A partir de 1986, Nam June Paik assemble des vieux téléviseurs et appareils radiophoniques dans le but de créer des sculptures d’apparence humaine qui représentent des membres d’une famille.

Nam June Paik - Hommage Stanley Brown - 1984

Nam June Paik – «Hommage à Stanley Brouwn» 1984

Stanley Brouwn est un artiste conceptuel hollandais-surinamien.

 

nam june paik screen

Nam June Paik – Electronic Superhighway: Continental U.S., Alaska, Hawaii, 1995

Lorsque Nam June Paik arrive aux États-Unis en 1964, l’immense réseau autoroutier – encore récent – symbolise une certaine idée de la liberté américaine. L’œuvre Electronic Superhighway représente la sensation du jeune artiste coréen quand il arrive sur le continent américain. Les Néons évoquent les enseignes multicolores et tentatrices des motels et  restaurants au bord de la route.  La multitude d’images clignotantes défilent comme le paysage vu d’une voiture qui fonce à travers la nuit. La structure faite  d’écrans suggèrent que le mythe de l’Amérique s’est construite sur son cinéma.

nam june paik robot

 

Olympe de gouges

Olympe de Gouges – 1989 – au musée d’art moderne.

La sculpture Olympe de Gouges, qui a été installé au centre de la fresque réalisée par Raoul Dufy au musée d’art moderne de Paris, était une commande de la ville à l’occasion du bicentenaire de la Révolution de 1789.
Guillotinée à Paris le 3 novembre 1793, Marie Gouze (Olympe de Gouges) est une femme politique française considérée comme l’une des premières féministe française. Elle a notamment écrit la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ainsi que de nombreux textes pour la défense des droits civils et de l’abolition de l’esclavage.

 

tv garden

You may also like

3 comments

Leave a comment