Studio mohm, l’esthétisme traditionnel coréen

Agence de design basée à Buyeo, petite ville historique de Corée du Sud, mohm fabrique des objets du quotidien (oreillers, chaussons, etc) en collaboration avec les artisans locaux.

Les deux fondatrices, Sunjin et Seoyoon, puisent dans les objets traditionnels, l’essence de la culture coréenne qu’elles débarrassent de tous éléments inutiles et superficiels pour les adapter à la vie quotidienne. Elles partagent le goût pour les objets simples et durables et la volonté de perpétuer l’héritage culturel coréen en la modernisant

A contre courant de la capital coréenne – ou les tendances changent très vite et ou la tradition et la modernité se percute – des régions comme Buyeo prennent le temps de réfléchir à l’évolution de la culture et des traditions.

베개 — Pillow Moon — White

버선 — Beosun Flax

Collection 1.5 – 古里

01. Comment avez-vous commencé ‘mohm’?
Sunjin : Je suis née à Buyeo, où j’ai passé son enfance, avant d’aller vivre aux États-Unis. Après des études de design graphique, je suis devenue directeur artistique et designer à San Francisco.
Seoyoon : Je suis venue à Buyeo pour intégrer l’université NUCH (Korea National University of Cultural Heritage) où j’ai étudié l’artisanat traditionnel. Charmée par la tranquillité de cette ville, j’y ai ouvert mon atelier de design de textile.
Sunjin : Un jour, lors d’un séjour à Buyeo, je suis passée par hasard devant l’atelier de Seoyoon. J’ai tout de suite été attiré par son esthétique – des objets qui gardent leur charme traditionnel tout en s’intégrant dans les espaces contemporains. Nous avons alors commencé à collaborer sur la création d’un oreiller.

02. Quel est l’identité de votre marque ?
mohm sont les initiales de 5 mots qui caractérisent notre travail : mi-gham (esthétique), oh-gham (les cinq sens), ho-gham (curiosité/inspiration), ma-um (coeur).  

Nous fabriquons des objets simples en apportant beaucoup de soin aux détails et en supprimant les éléments inutiles pour ne garder que l’essentiel. Avec des matériaux naturels comme les tissus ou les céramiques qui ont un caractère brut, nous cherchons à créer des objets durables, qui gardent leur valeur et leur authenticité malgré le temps passé. Nous revisitons l’artisanat traditionnel coréen et, à travers nos objets, partageons l’histoire des artisans pour pérenniser leur activité.

 

 

 

 

03. Pouvez-vous nous présenter vos produits ?
Beoseon (chaussons traditionnels coréens) : Aujourd’hui les chaussons sont fabriquées en taille standardisée mais avant elles étaient faites sur mesure avec une forme adaptée pour chaque personne. Le dessin de chaque chausson était assez précieux et conservé dans une petite boite en tissus. Quand nous avons fabriqué nos propres Beoseon, nous voulions raconter ces petites histoires et perpétuer la forme élégante des chaussons traditionnels.

Begae (Oreiller) : Les oreillers traditionnels coréens sont tous différents. Ils étaient fabriqués par les femmes des familles qui y transposaient leur personnalité et leur sensibilité, comme des oeuvres d’art. Ce soin et cette diversité nous ont beaucoup inspiré pour créer nos propres motifs. Nos oreillers trouvent leur forme dans la nature. Ceux en forme de lune ne sont fabricables qu’à la main. Ca représente bien notre esprit.

04. Quels étaient les difficultés que vous avez rencontré ?
Nous avions beaucoup d’interrogations. Par exemple, comment spécifier le design traditionnel coréen. On utilise souvent l’expression ‘japonisme’ pour définir l’esthétique japonais mais nous n’avons toujours pas déterminer ce qu’est vraiment le ‘style coréen’.

Jusqu’à quel point pouvons-nous moderniser la tradition sans être en rupture avec elle. Je pense que ce sont des questions que se posent tous les créateurs qui réinterprètent la tradition dans leur travail. Nous pensons que la tradition n’est pas un point figé dans le passé mais un flux. Dans le futur, toutes ces réflexions feront partie de la tradition. Cette pensée nous guide dans nos créations.

05. Vos objets sont blancs. Pouvez-vous nous expliquer ce choix de couleur ?
Nous avons créé la collection ‘Sobaek’ en mélangeant les notions ‘So’ (incolore) et Baek (blanc). ‘So’ montre l’aspect naturel des choses et donne une sensation de sérénité. ‘Baek’ (blanc) signifie le vide et le fond et donne une sensation de liberté. Ces deux coloris traditionnels représentent bien le mode de vie de nos ancêtres qui cohabitaient avec la nature. C’est quelque chose que nous recherchons aujourd’hui.

06. Studio mohm est basé à Buyeo. Pouvez-vous nous parler de cette ville.
La vie à Buyeo influence notre travail et transparaît dans les objets que nous produisons. C’est un aspect que nous voulons garder. Buyeo a conservé son paysage ancien car le temps y coule lentement. La ligne d’horizon est visible de partout. Le ciel occupe plus de la moitié du paysage. C’est une ville où il y a beaucoup de brouillard. A l’aube, au bord de la rivière Geum, la brume offre un paysage magnifique et mystérieux qui se dévoile petit à petit.

 

 

07. Collaborer avec les artisans est important pour vous.
En Corée, les régions changent plus lentement que Séoul. Les nouveautés mettent plus longtemps à arriver et surtout à être adopté. Nous sommes attachés aux traditions et aux techniques artisanales. Les provinciaux sont plus obstinés. A Buyeo, les artisans ont un savoir-faire et une expérience ancienne, certains font de la couture depuis plus que 40 ans. Ce qui nous a le plus marqué, c’est qu’ils cherchent à créer des objets solides que l’on peut utiliser longtemps. Aujourd’hui, on jette les choses tellement facilement, nous voulons garder cet esprit. Quand nous terminons un design, nous collaborons avec les artisans pour la fabrication d’échantillons.

08. Que pensez-vous de Séoul – une ville sans doute très différente de Buyeo.
Avez-vous des endroits préférés?
Sunjin – Je n’ai pas tout visiter à Séoul donc c’est difficile d’avoir un quartier préféré. Mais j’aime bien le quartier Nord de la rivière (Kangbuk). Par rapport au quartier Sud, il a gardé un aspect ancien que je trouve charmant.

Seoyoon – Pour moi Séoul est comme une inconnue. J’ai vécu longtemps à Séoul, mais J’ai l’impression de ne pas la connaître tellement les magasins et l’aspect des rues changent rapidement.
Mon quartier préféré est Ouidong, la forêt de Séoul au pied de Bukhansan. À Buyeo, la topographie est plate, j’aime bien le paysage montagneux avec les maisons qui s’amoncèlent dans ce quartier. Le rocher de la montagne Bukhansan est toujours beau, quelque soit les saisons.  

 

All images © Studio mohm | Article © Cahier de seoul

 

http://studiomohm.com/

You may also like

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.